6 Oct 2017 14 Jan 2018

PERFORMANCE !

Une exposition du 40e anniversaire du Centre Pompidou

Le Tripostal, Lille

Share :

EXPOSITIONS

06 OCTOBRE 2017 > 14 JANVIER 2018
LE TRIPOSTAL, LILLE

07 SEPTEMBRE > 05 NOVEMBRE 2017
GARE SAINT SAUVEUR, LILLE
(L'Automne 2017 à la cadre Gare Saint Sauveur)


Dans le cadre du 40ème anniversaire du Centre Pompidou

« Performance ! » bouscule la pratique de l’exposition. Dans une perspective qui mêle images et performances live, le projet met en scène une histoire singulière, jouant de l’instant éphémère et de sa possible répétition par l’image ou le reenactment. S’y croisent les nombreux domaines artistiques qui convergent dans l’œuvre performée : la danse et la chorégraphie, la musique et les pratiques sonores, le langage construit par toutes les possibilités du corps, les dispositifs ouverts d’installations participatives, des gestes tant solitaires que collectifs, prenant à parti la sphère publique. 

Performance : le mot résonne au-delà du champ artistique. Venu des arts du spectacle (dans la tradition anglo-saxonne), et de la culture sportive, le terme imprègne aujourd’hui les sociétés postindustrielles, avec leurs «indicateurs » évaluant chaque secteur de l’activité humaine. C’est également une pratique implicite des médias sociaux, où les relations se forment et s’inventent par et à travers les représentations de soi. L’historien Stephen Greenblatt a mis en évidence une culture très sophistiquée du Self-fashioning dès la Renaissance, autrement dit la construction consciente d’une image du moi social. C’est  aujourd’hui un comportement tout entier qui s’élabore quotidiennement dans le prisme de la technologie. 

L’art du 20ème siècle s’est saisi de l’idée de performance pour en reformuler les termes, en faire une pratique critique : répondre à l’accélération du temps tout en y opposant des stratégies autres, retournant et subvertissant le principe de productivité. L’intensification de ces formes d’art au 21ème siècle pose plus encore la question de l’expérience. Elle renouvelle ce vitalisme critique, réinvente l’ici et maintenant, ravive la question posée par Spinoza : « que peut un corps ? ».

Dans les amples espaces du Tripostal et de la Gare Saint Sauveur, l’exposition réunira chefs-d’œuvre, pièces rares et créations, suggérant des dialogues inédits et des lignes de fuite multiples. 

Au Tripostal, de grandes installations vidéo en formeront l’armature, que viendront habiter des performances live. L’installation Walk The Chair (2010) de la chorégraphe La Ribot est à la disposition des visiteurs pour prendre place à leur gré dans l’espace d’exposition. 

À la Gare Saint Sauveur, le plateau est laissé à nu, habité par des œuvres-structures, qui engagent le spectateur dans une relation active à l’espace. Environnements, habitacles, projections et ambiances sonores mettent en jeu l’échelle corporelle et l’expérience d’une intimité paradoxale.

Commissariat : Bernard Blistène et Marcella Lista


Partenaires